Henry-David Thoreau est un essayiste, enseignant, philosophe, naturaliste amateur et poète américain. Il est né le 12 juillet 1817 à Concord (Massachusetts) où il est mort le 6 mai 1862.

Son œuvre majeure, « Walden ou la vie dans les bois » a été publiée en 1854. Elle délivre ses réflexions sur une vie simple menée loin de la société, dans les bois et à la suite de sa « révolte solitaire ». Le livre « La Désobéissance civile » publié en 1849 avance l’idée d’une résistance individuelle à un gouvernement jugé injuste. Il est considéré comme à l’origine du concept contemporain de non-violence.

Opposé à l’esclavagisme toute sa vie, faisant des conférences et militant contre les lois sur les esclaves évadés et capturés, louant le travail des abolitionnistes. Henry-David Thoreau propose une philosophie de résistance non violente qui influence des figures politiques, spirituelles ou littéraires telles que Léon Tolstoï, Mohandas Karamchand Gandhi et Martin Luther King.

Ses livres, articles, essais, journaux et poésies remplissent vingt volumes. Surnommé le « poète-naturaliste » par son ami William Ellery Channing (1818-1901), Henry-David Thoreau se veut un observateur attentif de la nature. Il étudie des phénomènes aussi variés que les saisons, la dispersion des essences d’arbres ou encore la botanique. Les différents mouvements écologistes ou les tenants de la décroissance actuels le considèrent comme l’un des pionniers de l’écologie car il ne cesse de replacer l’homme dans son milieu naturel et appelle à un respect de l’environnement.

Source principale : Wikipédia

Citations de Henry-David Thoreau


« Si je suis venu au monde, ce n’est pas pour le transformer en un lieu où il fasse bon vivre, mais pour y vivre »

« Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n’est pas vain ; c’est là qu’ils doivent être. A présent, donnez leur des fondations »

« Le critiqueur trouverait à redire même au paradis »

« Si un homme marche à un autre pas que ses camarades, c’est peut-être qu’il entend le son d’un autre tambour. Laissons-le suivre la musique qu’il entend, quelle qu’en soit la cadence »


Ce contenu pourrait intéresser vos amis

Partagez-le avec eux, vous ferez des heureux !